Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 20:36

Chronique N°994

La semaine dernière je vous signalais que l’atmosphère hésitait, cette fois elle a choisi !

Chez nous on est passé des anticyclones indécis à la première grosse pluie cévenole de l’année. L’évolution a résulté de deux changements :

Le premier la dépression situé sur le proche Atlantique au niveau des Açores a tenté de progresser et son centre a approché la Galice le 16 septembre et elle y était encore le 17

Le deuxième, en même temps les hautes pressions se sont réfugiées derrière les Alpes avec au sol l’extrémité méridionale de l’anticyclone de la Mer baltique et en altitude la remontée de la chaine des hautes pressions tropicales à partir de la Tunisie.

Dans ces conditions se sont trouvées réunies dans le sud de la France, les trois conditions qui provoquent ces grosses pluies cévenoles.

1) La descente de nord sur l’Atlantique derrière la dépression de la Galice

2) L’arrivée de cet air sur la Méditerranée où il se recharge en humidité avec un flux de sud qui a été sensible ensuite jusqu’à notre région

3) Le blocage de ces masses pluvieuses à l’ouest du Rhône par l’anticyclone situé derrière les Alpes. On peut constater en effet que les centres d’action ne changent pas de place entre le 16 et le 17 septembre

Cette situation a permis aux pluies qui remontaient du sud de la Méditerranée de venir buter à deux reprises sur les mêmes secteurs du Languedoc et les reliefs situés en arrière de la côte entre le Sidobre et la moitié méridionale des Cévennes. Ces montagnes ont subi deux grosses pluies successives la première dans la nuit de lundi à mardi avec 75.7 mm au Mont Aigoual et la seconde dans celle du mercredi au jeudi avec 133.6 mm à Aniane.

Ces premières grosses pluies cévenoles d’automnes de 2014 présentent trois caractéristiques importantes.

La première correspond à un déclenchement précoce dans la saison puisque le plus souvent elles attendent l’équinoxe avec une occurrence maximale de se produire pendant la dernière décade du mois de septembre. Il est très facile de citer une multitude d’événements catastrophiques qui se sont produits vers les 21 ou 22 septembre, crue de la Loire de 1980, catastrophe de Vaison la Romaine de 1992, répétition l’année suivante à Pertuis puis en Italie et même à Brigg en Suisse ou de montrer mon graphique du nombre de précipitations en 24 heures supérieures à 200 mm par décades qui a été repris par plusieurs autres climatologues dans leur publications ! Cependant d’autres catastrophes sur le même secteur se sont produites avant cette date fatidique comme la très grosse crue des Gardons et du Vidourle du 8 et 9 septembre 2002 qui avait dévasté jusqu’à Aramon. Cette année cette première inondation correspond avec le premier jour des « Quatre temps d’automne », ceci signifie-t-il que l’automne qui commence va être marqué par la répétition de ces grosses pluies ? On pourrait le croire si l’on prend en compte les saisons précédentes qui avaient connu l’installation de situations météorologiques durables et répétitives pendant 3 mois, au moment des quatre temps, en hiver avec la multiplication des tempêtes et pluies océaniques en particulier sur la Bretagne, au printemps avec la persistance de temps anticycloniques secs et ensoleillés et en été avec la répétition de temps venus du nord humides ou frais. Ceci continuera-t-il ? Nul ne le sait aujourd’hui, mais il conviendra de vérifier dans les 3 mois à venir si cette situation atmosphérique génératrice de grosses pluies méditerranéennes devait se continuer. Par contre, dans l’immédiat, ce temps avec vent et pluies de sud devrait se poursuivre encore quelques jours !

La seconde particularité correspond à l’intensité limitée et surtout à la répartition géographique réduite de cet épisode. Selon mes informations actuelles et sous réserves de compléments, il ne semble pas que le seuil des 200 mm tombés en 24 heures ait été atteint, or il constitue souvent le niveau à partir duquel ces précipitations provoquent de grosses catastrophes. Ces dernières peuvent atteindre 600 à 800 mm dans les cas les plus extrêmes. En l’état actuel, le maximum en 24 heures a atteint 133.6 mm à Aniane et sur deux jours le mont Aigoual a cumulé la même valeur 133.5 mm.

La remarque est encore plus pertinente au niveau géographique puisque la zone concernée est beaucoup plus réduite que celle d’un épisode automnal classique. A l’est les cumuls sont très faibles au-delà du Rhône et le long de la vallée du Rhône, ils ne semblent pas avoir notablement avoir dépassé Aubenas avec 60 mm. A l’ouest, la partie occidentale du département de l’Hérault à partir de Béziers n’a connu que des pluies dérisoires, moins de 20 mm. La côte ne semble pas avoir été très arrosée, Agde n’a reçu que 2.6mm.

Les fortes pluies se limitent au versant du premier relief rencontré entre le Sidobre, le Causse du Larzac et le sud des Cévennes. La Montagne Noire d’un Côté et le massif du Mézenc de l’autre ne sont quasiment pas atteint. De plus les fortes pluies sont incapables de franchir ce premier relief. Millau, le causse de Mende, les hauts bassins de l’Allier et de la Loire, si souvent touchés ne reçoivent quasiment rien.

Par contre cette concentration des pluies sur ce même versant peu étendu se produit deux fois de suite, la première le lundi et la seconde le mercredi et ceci risque de ne pas être terminé dans les prochains jours ! Cette stagnation des pluies sur le même secteur est lié au blocage particulièrement puissant de l’anticyclone derrière les Alpes qui empêche la progression des masses pluvieuse, les centres d’action, anticyclones et dépressions, ne bougent pas depuis mardi. Par contre l’intensité limitée des pluies doit être recherchée dans la faiblesse de l’alimentation en air froid de la dépression du proche Atlantique. Ceci atténue le contraste thermique avec l’air chaud de Méditerranée. L’air a tout le temps de se réchauffer dans le long périple depuis l’Islande où il part à 8/ 9°, jusqu’aux Açores où on le retrouve à 20° avant d’aborder l’Espagne à 25°

Dernière remarque, les gros cours d’eaux méditerranéens sont en crue certes, mais à des niveaux limités par rapport à leurs calamité antérieures, par contre c’est un tout petit ruisseau le Bitoulet descendant des premiers contreforts de l’Espinouze qui a provoqué la catastrophe de Lamalou les bains , juste avant sa confluence avec l’Orb. D’après les photos en provenance des médias, il semble que l’on soit en présence d’une inondation urbaine liée au rétrécissement du lit du ruisseau dans la traversée de la petite cité thermale de Lamalou les bains. Les obstacles rencontrés dans la ville ont contribué à accumuler les eaux contre des derniers. On voit bien que les débris charriés par la rivière se sont accumulés sur les piles du viaduc de la voie ferrée, ce qui a permis aux eaux qui se sont accumulées à cet endroit de passer par-dessus le pont sur la route de Saint Pons à Bédarieux située quelques mètres en contrebas avec un calibre plus réduit. Ensuite l’eau a suivi des chemins imprévus pour rejoindre l’Orb au travers d’habitations, d’entreprises et de campings.

Dès que le Bitoulet ruisseau incriminé rejoint l’Orb, la crue devient plus modeste. Cette rivière a atteint 3.4 m à Bédarieux en Amont, par contre elle ne fait plus que 2.8m à Cessenon en aval de la confluence avec le Bitoulet . la crue de janvier 2006 nettement dépassée à Bedarieux ce dernier mercredi, est plus importante que celle de mercredi en aval de la confluence avec le Bitoulet. Ceci montre que l’on se situe au niveau d’un phénomène local qui n’a eu qu’un impact très faible sur la rivière dans laquelle le petit ruisseau incriminé se jette. Il en est toujours ainsi dans les problèmes d’inondations urbaines qui, avec des intensités pluvieuses assez faibles, provoquent des calamités très dangereuses !

Gérard Staron vous retrouvera samedi sur les ondes de radio Espérance, bonne semaine….

Partager cet article

Repost 0
Published by Gérard Staron - dans catastrophes naturelles
commenter cet article

commentaires

Presentation

  • : Le blog de Gérard Staron Président de l'AMRL
  • : Le journal du climat et de la géographie libres. Actualité climatique Climat et société, impact du climat sur les activités humaines . Interprétation d'extraits d'opérette ou de chansons anciennes avec commentaire historique
  • Contact

Rechercher

Contenu du blog

Sur ce blog:

 

-l'évènement du moment

-prévisions

-chroniques

-observations

-commentaires de documents

Articles Récents

  • Prévision du 20 au 23 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) : nette amélioration , changement de temps
    Prévision de Gérard Staron du 20 au 23 septembre 2017 Le temps change, un col anticyclonique s’installe sur la France entre les Hautes pressions des Açores et celles de Russie qui se mettent en place à l’entrée de la saison froide Ceci va mettre fin à...
  • Prévision du 16 au 19 septembre 2017 : médiocre
    Prévision de Gérard Staron du 16 au 19 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) Le temps médiocre s’accentue ! Des perturbations continuent à atteindre notre pays en provenance des hautes latitudes, l’anticyclone des Açores restant aux abris sur l’Atlantique !...
  • la pluie du 13 et 14 septembre 2017 sur la France !
    les images satellites du 13 au soir au 14 septembre dans l'après-midi captées par Claude permettent de suivre avant pendant et après l'épisode pluvieux d'hier qui s'enfonce sur notre pays le 13 à 20 h, la perturbation qui descend des hautes latitudes...
  • Prévision du 12 au 15 septembre 2017 : temps médiocre
    Prévision de Gérard Staron du 12 au 15 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) Sur le flanc de de l’anticyclone des Açores centré sur l’Atlantique descendent des perturbations en provenance des hautes latitudes qui s’enfoncent de plus en plus bas dans notre pays...
  • Prévision du 7 au 11 septembre 2017: dégradation pour le weekend
    Prévision de Gérard Staron du 7 au 11 septembre 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores qui se retire sur l’Atlantique laisse la place aux perturbations océaniques en provenance des hautes latitudes. Il nous reste encore 48 heures de temps agréable...
  • Prévision du 3 au 6 septembre 2017 : amélioration relative
    Prévision de Gérard Staron du 3 au 6 septembre 2017 Peu à peu l’anticyclone des Açores tente de nous procurer une protection timide Nos départements seront moins affectés par les averses pluvieuses en provenance du nord et qui touchent encore parfois...
  • Prévision du 30 août au 2 septembre 2017 : grosse dégradation du temps !
    Prévision de Gérard Staron du 30 août au 2 septembre 2017 : L’anticyclone des Açores s’étant replié sur l’Atlantique, les perturbations en provenance des hautes latitudes déboulent sur la France, il en résulte une grosse dégradation du temps ! Un gros...
  • Prévision du 26 au 29 août 2017, toujours la chaleur lourde et orageuse
    Prévision de Gérard Staron du 26 au 29 août 2017 (42, 43, 63, 69) Des cellules orageuses remontent du sud-ouest en liaison avec une dépression sur la Péninsule Ibérique Chaque jour elles amènent des nuages et des orages isolés mais notre région se situe...
  • Prévision du 22 au 25 août 2017 : chaleur lourde orageuse
    Prévision de Géard Staron du 22 au 25 août 2017 (42, 43, 63, 69) Le retour de l’anticyclone des Açores reste fragile et il ne tarde pas à laisser passer des perturbations en lien avec une dépression sur le Royaume Uni Encore au moins une journée de beau...
  • Prévision du 18 au 21 août 2017 : toujours le Yoyo !
    Prévision de Gérard Staron du 18 au 21 août 2017 (42, 43, 63, 69) L’anticyclone des Açores sur l’Atlantique continue de jouer avec les perturbations descendant des hautes latitudes, les laissant passer jusqu’à nous ou les arrêtant sur les côtes de la...

Mes ouvrages

                                                                noel boules noel boules 4 gif                                                              noel boules noel boules 4 gif                                                                                                                                                                                                    noel boules noel boules 4 gif

Mon Site

                                                                                                                        Site

Articles sur Le progrès

Phénomènes météo exceptionnels de 1945 à nos jours (2013)

Quel drôle de temps

La Loire p 78, 79

Le Gier p 80

La fureur du Furan p 81

Climat de la Loire: Effet de couloir p 194

Climat de la Haute-Loire:

Le coeur  du Massif Central  p 195